Share this project:

A propos du projet

L’accès à une éducation de qualité pour lutter contre le travail des enfants

Le gouvernement de Côte d’Ivoire, la Fondation Jacobs, la Fondation UBS Optimus et 13 entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat sont en train de mettre en place le Child Learning and Education Facility (CLEF), un mécanisme financier commun pour assurer l’accès à une éducation de qualité comme outil essentiel de promotion des droits de l’enfant et de lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire. D’ici 2030, CLEF vise à offrir une éducation de qualité à 5 millions d’enfants et à susciter un changement de comportement auprès de 10 millions de parents. Pour atteindre cet objectif, CLEF devra apporter des méthodes d’apprentissage efficace à 10 000 écoles primaires dans les zones de culture du cacao et au-delà, en plus de construire 2 500 salles de classe et autres infrastructures éducatives (par exemple, des classes passerelles, des écoles communautaires, des cantines scolaires et des salles de classe pour le niveau préscolaire). 

Le mécanisme financier sera doté d’un financement d’amorçage minimum de 45 millions de francs suisses et d’une capitalisation cible de 110 millions de francs suisses en fonds communs. CLEF répond à deux stratégies nationales visant les enfants : le Plan décennal du secteur de l’éducation et le Plan d’Action National de lutte contre le travail des enfants. CLEF est conçu pour catalyser davantage l’action dans le cadre de partenariats public-privé plus larges qui visent à lutter contre le travail des enfants. À ce titre, CLEF pourrait devenir le premier partenariat public-privé axé sur l’accroissement des investissements visant une éducation de qualité en Côte d’Ivoire. 

La promesse de l’éducation

Une éducation de qualité est de plus en plus considérée comme l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre le travail des enfants, en raison de ses effets positifs sur le bien-être, le taux de dépendance et d’autres variables affectant les décisions des ménages concernant le travail ou la scolarisation des enfants. Lorsqu’elle est bien dispensée, l’éducation favorise également l’emploi, les revenus et la santé. « Elle stimule la croissance économique à long terme, réduit la pauvreté, stimule l’innovation, renforce les institutions et favorise la cohésion sociale. » (Banque mondiale, 2018).  

Cependant, une éducation de mauvaise qualité est une promesse vide de sens. Lorsque la qualité est mauvaise, le rendement des investissements faits par les ménages dans l’éducation des enfants dans les zones de culture du cacao n’est pas meilleur que zéro. « La scolarisation sans apprentissage est un terrible gaspillage de ressources précieuses et de potentiel humain. Pire encore, c’est une injustice. » (Banque mondiale, 2018). 

Un investissement porteur

L’accès à une éducation de qualité est une condition nécessaire pour lutter contre le travail des enfants et garantir leurs droits. CLEF sera beaucoup plus efficace si elle s’inscrit dans un cadre plus large portant sur des efforts simultanés (maintenus ou renforcés) concernant les droits de l’enfant, tels que les systèmes de protection de l’enfance/de diligence raisonnable, la réduction de la pauvreté ou l’amélioration de la survie des enfants. La Fondation Jacobs et ses partenaires philanthropiques croient fermement que CLEF est un investissement catalytique susceptible d’accélérer un accord multi-parties prenantes plus large.  

Résultats attendus

Partenaires contributeurs

Gouvernement de Côte d’Ivoire

Philanthropies

  • Fondation Jacobs
  • Fondation UBS Optimus

Entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat

  • Barry Callebaut
  • Blommer / Fuji Oil Group
  • Cargill
  • Fondation Chocolonely
  • ECOM
  • Ferrero
  • Hershey
  • Mars Wrigley
  • Mondelez International
  • Nestlé
  • Olam Cocoa
  • Sucden
  • Touton

Appel à l’action

Les entreprises ou les institutions intéressées par un partenariat avec CLEF sont invitées à contacter Irina Hotz : irina.hotz@jacobsfoundation.org

Télécharger le PDF