Une forte coalition de partenaires philanthropiques et d'entreprises de l'industrie du cacao et du chocolat s'associent au gouvernement de Côte d'Ivoire pour soutenir ses objectifs stratégiques visant à lutter contre le travail des enfants et à offrir un bon départ dans la vie et une éducation de qualité à tous les enfants.

Le Gouvernement de Côte d’Ivoire, les organisations qui constituent le consortium TRECC (la Fondation Jacobs, la Fondation Bernard van Leer et la Fondation UBS Optimus) et les entreprises de l'industrie du cacao et du chocolat Barry Callebaut, Blommer / Fuji Oil Group, Cargill, Chocolonely Foundation, ECOM, Ferrero, Guittard, Hershey's, Mars Wrigley, Mondelēz International, Nestlé, Olam, Sucden et Touton ont l'intention de fournir conjointement les fonds d'amorçage nécessaires au lancement de deux mécanismes de financement commun avec une capitalisation cible de 150 millions de francs suisses pour promouvoir l'apprentissage efficace et le développement de la petite enfance à l'échelle en Côte d'Ivoire. Pour atteindre la capitalisation cible des deux mécanismes financiers, d'autres parties prenantes sont invitées à rejoindre la coalition.

Child Learning and Education Facility - CLEF

La première des deux initiatives de financement, le Child Learning and Education Facility (CLEF), vise à atteindre 5 millions d'enfants et 10 millions de parents dans les zones de culture du cacao et au-delà, en se concentrant sur l'accès à un enseignement primaire de qualité.

Early Learning and Nutrition Facility - ELAN

La deuxième initiative, le dispositif d'apprentissage et de nutrition précoce (ELAN), est conçue pour atteindre 1,3 million d'enfants de moins de 5 ans et leurs éducateurs, en fournissant des services de qualité et une formation en matière de développement et de nutrition de la petite enfance.

Le gouvernement ivoirien a élaboré un plan d'action national pour lutter contre le travail des enfants, a lancé une stratégie décennale pour le secteur de l'éducation et a introduit un plan multisectoriel pour la nutrition afin de développer son capital humain et de s'attaquer aux causes profondes du travail des enfants. Les initiatives CLEF et ELAN complètent les efforts du gouvernement.

Des modèles de partenariats public-privé efficaces

La Côte d'Ivoire est le premier producteur et exportateur mondial de fèves de cacao pour la fabrication de chocolat. Pourtant, une enquête réalisée en 2015 a révélé que plus d'un million d'enfants effectuaient des travaux dangereux dans la production de cacao en Côte d'Ivoire. Dans les zones rurales ivoiriennes, près de 30 % des enfants en âge de fréquenter l'école primaire ne sont pas scolarisés, tandis que ce pourcentage passe à 50 % pour les enfants en âge de fréquenter le premier cycle de l'enseignement secondaire (Côte d'Ivoire MICS 2016). Parmi ceux qui sont scolarisés, la majorité n'atteint pas le niveau minimum attendu en lecture et en mathématiques. Ces mauvais résultats scolaires sont largement imputables à une éducation de faible qualité, mais aussi à un développement sous-optimal dans les premières années de la vie des enfants. Avec un taux national de 30 % de retard de croissance, particulièrement dangereux pour les jeunes enfants, la Côte d'Ivoire fait partie des pays les plus vulnérables d'Afrique subsaharienne. Sans un meilleur développement de la petite enfance et un accès à une éducation de qualité, ces enfants sont plus exposés au risque de travail.

Dans le monde, plus de 150 millions d'enfants pourraient être touchés par le travail des enfants. Les initiatives CLEF et ELAN représentent un partenariat multipartite qui cherche une solution durable à cette situation en Côte d'Ivoire. Ces initiatives pourraient servir de modèle à des partenariats public-privé efficaces pour aider à atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies.