Share this project:

A propos du projet

Mise à l’échelle des services en développement de la petite enfance et en nutrition

Le Gouvernement de Côte d’Ivoire, les organisations qui constituent le consortium TRECC (Fondations Jacobs, Fondation Bernard van Leer et la Fondation UBS Optimus) et 12 entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat sont en train de mettre en place un mécanisme financier commun dénommé Early Learning and Nutrition Facility (ELAN) qui soutiendra le gouvernement ivoirien dans la mise à échelle des interventions de développement de la petite enfance (DPE) axées sur le changement de comportement ayant fait leurs preuves dans le contexte local. ELAN vise à impacter 1,3 million d’enfants âgés de 0 à 5 ans dans les zones rurales de Côte d’Ivoire en contribuant à leur plein développement physique, émotionnel et cognitif en donnant à leurs éducateurs l’accès à une formation et à des services de base essentiels au bien-être des jeunes enfants.  

Le mécanisme financier sera doté d’un financement initial de 15 millions de francs suisses, bien que la capitalisation totale visée est de 40 millions de francs suisses. ELAN servira de plateforme multi-parties prenantes pour le plaidoyer, la mobilisation des ressources, la prise de décision basée sur les évidences, la coordination, la planification et la mise en œuvre des interventions de DPE dans les communautés productrices de cacao. Il réunira des décideurs du gouvernement, de l’industrie du cacao, d’organisations philanthropiques et de développement, ainsi que de la société civile. Le mécanisme financier répond directement à trois stratégies nationales spécifiques ciblant les enfants : le Plan national multisectoriel de nutrition, le Plan décennal du secteur de l’éducation et le Plan d’Action National de lutte contre le travail des enfants. À ce titre, ELAN pourrait devenir le premier partenariat public-privé axé sur l’accroissement des investissements en faveur des enfants de moins de cinq ans en Côte d’Ivoire.  

La prochaine génération prospère

Investir dans le DPE est l’un des meilleurs investissements qu’un pays puisse faire pour stimuler sa croissance économique, développer son capital humain et rompre le cercle vicieux de la pauvreté. James Heckman (2006) a démontré que le plus tôt nous investissons dans le développement optimal d’un enfant, plus les rendements sont élevés. Tout aussi important, investir dans le DPE est nécessaire pour défendre le droit au bien être de chaque enfant. 

Les parents ou autres fournisseurs de soins de jeunes enfants peuvent jouer un rôle majeur dans l’amélioration des indicateurs liés a la petite enfance. Le développement physique et cérébral est plus rapide au cours des premières années de la vie, lorsque les enfants sont totalement dépendants de leurs éducateurs. Or, en Côte d’Ivoire, les parents et les éducateurs reçoivent très peu de soutien pour assurer le développement des enfants. En conséquence, la grande majorité d’entre eux maintiennent plusieurs pratiques qu’ils considèrent comme positives et appropriées, bien qu’elles soient en fait néfastes. Par conséquent, malgré son économie performante, la Côte d’Ivoire continue de lutter pour améliorer ses indicateurs de développement humain, ce qui entraîne une stagnation de son capital humain. 

Catalyser l’impact des efforts existants

ELAN s’inscrira dans un cadre plus large portant sur des efforts simultanés (maintenus ou renforcés) concernant les droits de l’enfant, tels que les systèmes de protection de l’enfant, de la sante de l’enfant, de la réduction de la pauvreté, et de l’amélioration de la qualité de l’éducation. La Fondation Jacobs et ses partenaires philanthropiques sont fermement convaincus qu’ELAN est un investissement catalytique susceptible d’accélérer un accord multi-parties prenantes plus large. 

À ce jour, des investissements substantiels ont été engagés en faveur du DPE en Côte d’Ivoire, notamment le Projet multisectoriel de nutrition et développement de la petite enfance (PMNDPE), un projet de 60 millions de francs suisses financé principalement par un crédit de la Banque mondiale et un don du Power of Nutrition. Bien qu’importants, les investissements actuels demeurent limités dans leur portée et ne couvrent qu’une partie des besoins du pays. Dans le but de combler ce fossé, ELAN s’appuiera sur les acquis du PMNDPE et mettra à l’échelle la prestation de services DPE, spécifiquement celles focalisées sur le renforcement des compétences parentale, tout en renforçant la capacité du gouvernement fournir ses services par le biais des plateformes institutionnelles.  

Résultats attendus (2025)

Capitalisation cible de CHF 40 millions

  • 1,3 million d’enfants de moins de 5 ans bénéficiant de soins attentifs et stimulants ;  
  • 100 infrastructures pertinentes pour le DPE sont rénovées et équipées pour améliorer la qualité des espaces adaptés aux jeunes enfants ; 
  • L’environnement institutionnel régissant les interventions de développement de la petite enfance permet une coordination et une mise en œuvre efficaces et efficientes de programmes à fort impact ; 
  • Des preuves scientifiques locales sur les jeunes enfants sont générées.  

Partenaires contributeurs

Gouvernement de Côte d’Ivoire

Philanthropies

  • Fondation Jacobs
  • Fondation Bernard van Leer
  • Fondation UBS Optimus

Entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat

  • Barry Callebaut
  • Blommer / Fuiji Oil Group
  • Cargill
  • Chocolonely Foundation
  • ECOM
  • Ferrero
  • Hershey
  • Mars Wrigley
  • Mondelez International
  • Olam
  • Sucden
  • Touton

Appel à l’action

Les entreprises et les institutions intéressées par un partenariat avec ELAN sont invitées à contacter Irina Hotz :
irina.hotz@jacobsfoundation.org

Télécharger le PDF