Faits et chiffres

RÉGIONS EN CÔTE D’IVOIRE

Gontougo, Bounkani, Tchologo, Poro, Bagoué, Folon, Kabadougou, Bafing, Worodougou, Béré, Haut-Sassandra, Marahoué, Bélier, et Iffou

PERIODE CIBLE

2018–2023

POPULATION CIBLE

  • 265 245 femmes enceintes
  • 1 100 000 enfants de moins de 5 ans

FACILITATEURS / FORMATEURS

  • Autorités administratives décentralisées (sous-préfectures)
  • Agences locales d’exécution (principalement des ONG)
  • Prestataires de services publics
  • Foyers communautaires (FRANC)

ETAPES CLES/PRINCIPAUX RÉSULTATS POUR 2020

  • Expansion du programme dans 11 nouvelles régions administratives
  • Déploiement d’un système de financement de la santé basé sur la performance dans certaines régions ciblées
  • Renforcement des capacités des fonctionnaires, des travailleurs publics de première ligne et des bénévoles de la communauté

Partenaires

Share this project:

A propos du projet

Le Projet multisectoriel sur la nutrition et le développement de la petite enfance (PMNDPE) est un programme gouvernemental, principalement financé par la Banque mondiale, déployé dans 14 régions administratives de Côte d’Ivoire visant à augmenter la portée des interventions en matière de nutrition et de développement de la petite enfance (DPE) afin d’optimiser le développement physique, socio-émotionnel et cognitif dès les 1000 premiers jours de vie des jeunes enfants.

Défi

Atteignant 28 % (MICS 2016) en Côte d’Ivoire, le retard de croissance est considéré comme l’un des principaux indicateurs de la pauvreté et de la vulnérabilité, en plus d’un défi majeur pour assurer un développement efficace du capital humain. D’autres indicateurs relatifs à la petite enfance continuent par ailleurs d’accuser un retard quant à leur progression. Seuls 14 % des enfants âgés de 3 à 5 ans ont accès à une éducation préscolaire, peu de soutien est offert aux parents afin qu’ils offrent de meilleurs soins et plus de stimulation à leurs jeunes enfants, et les résultats en matière de protection de l’enfance (soit le taux d’enregistrement des naissances) demeurent faibles. Bien que le gouvernement ait manifesté un intérêt et un engagement considérables pour stimuler les investissements dans les premières années de la vie, et ainsi faire progresser les résultats en matière de développement de l’enfant, plusieurs obstacles et points critiques doivent être éliminés.

Solution

En se concentrant sur quatre composantes principales, le PMNDPE améliorera les résultats du développement global des jeunes enfants. Premièrement, les foyers communautaires offriront des services généralisés de nutrition. Un programme intégré d’éducation parentale sera mis en place pour améliorer les connaissances des parents sur le DPE et pour promouvoir un changement de comportement optimal en matière de soins et de stimulation. Le programme soutiendra également les établissements de soins primaires en fournissant des soins de santé maternelle et de nutrition de qualité. Enfin, les établissements de soins primaires seront encouragés à prendre part au programme par le biais d’achats stratégiques afin d’améliorer la demande, l’offre et la qualité des services de santé.

Résultats à ce jour

Le projet a débuté le 17 mai 2018. Alors que les activités préparatoires du PMNDPE ont commencé immédiatement, c’est à la mi-novembre 2018 que le gouvernement en a fait le lancement officiel. Depuis la fin janvier 2019, des ateliers ont eu lieu afin d’élaborer un contenu détaillé pour chaque composante du PMNDPE. Les préparatifs des activités au niveau communautaire avec la formation des parties prenantes en matière de DPE, la gestion de projet et le suivi efficace ont été lancés à la mi-2019. La mise en œuvre effective des activités dans les villages a commencé en 2019. À ce jour, plus de 260 foyers communautaires de développement de l’enfant (FRANC) ont été créés, soit un par village. Chacun de ces foyers est soutenu techniquement et financièrement par des agences techniques de mise en œuvre sous contrat avec l’unité de mise en œuvre du projet (UMOP) pour une période de 5 ans. Avant le début de la pandémie de la COVID-19, les bénéficiaires suivants avaient été atteints :

  • 71 619 enfants âgés de 0 à 59 mois
  • 7 461 femmes enceintes
  • 20 047 femmes qui allaitent
  • 63 500 femmes en âge de procréer (15-49 ans)

Considéré comme une démonstration de faisabilité par les parties prenantes nationales, le PMNDPE est une intervention qui permettra au gouvernement d’affiner son approche communautaire (FRANC) afin d’améliorer la mise en œuvre des interventions visant la bonne nutrition et le développement de l’enfant. Bien que le programme risque d’être confronté à un certain nombre de défis au départ, ceux-ci s’estomperont avec le temps.

Preuves scientifiques

La 2016 Lancet Series – l’une des revues scientifiques les plus renommées au monde – conclut que pour que les interventions axées sur l’enfant soient efficaces, intelligentes et durables, elles doivent être mises en œuvre sous la forme d’ensembles d’interventions multisectorielles portées par des soins attentifs. Par ailleurs, Lancet suggère fortement que les parents, les soignants et les familles soient priorisés en tant que bénéficiaires, puisqu’ils sont des acteurs clés pour aider les jeunes enfants à réaliser leur potentiel de développement. Le PMNDPE utilise une approche multisectorielle impliquant plusieurs ministères clés dans le déploiement de services spécifiques aux communautés ciblées.

Impliquez-vous

En raison de fonds limités, le PMNDPE ne peut pas couvrir toutes les régions de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi la priorité a été donnée aux régions dont les indicateurs de développement de l’enfant présentent un retard. Le gouvernement de la Côte d’Ivoire espère attirer des donateurs et des partenaires techniques supplémentaires afin d’étendre le programme. Cette expansion pourrait être déployée dans les 14 régions déjà ciblées, puisque seulement 45 % de chaque région devrait être couverte, ou au-delà.