Faits et chiffres

Localisations dans le monde

Inde et Côte d’Ivoire

Régions en Côte d’Ivoire

Haut-Sassandra et Nawa

Période

2018–2020

Population cible

5 zones dans les districts de Daloa, Issia et Méagui

Facilitateurs et formateurs

Personnel du MEN, Leaders Communautaires, Parents

Etapes majeures et résultats clés

  • 80 % des étudiants qui assistent régulièrement aux séances et 75 % d’entre eux se disent intéressés à rester pour une autre année.
  • 15 enseignants utilisent efficacement la méthodologie
  • MEN envisage d’utiliser ce nouveau programme adapté dans d’autres écoles dans le cadre de ce projet.
  • 80 % des enfants augmentent leurs connaissances à la fin de la période de mise en œuvre

Partenaires

Share this project:

A propos du projet

Le PALEC a été introduit en Côte d’Ivoire afin d’apporter un changement pédagogique axé sur l’amélioration des résultats d’apprentissage dans les classes primaires. Il permet aux élèves de différents niveaux et de différentes années d’études d’apprendre simultanément dans une salle de classe à leurs propres niveaux grâce à une grande variété de matériel didactique. La technologie intégrée à l’ensemble du système permet de saisir l’assiduité, les indicateurs d’apprentissage et les progrès réalisés dans la classe, ce qui permet une intervention et un soutien opportuns au niveau des districts et des États.

Défi

Selon les rapports nationaux, si des progrès considérables ont été accomplis pour améliorer l’accès à l’éducation en dépit d’une grave crise récente à laquelle le pays est confronté, l’achèvement de l’enseignement primaire universel reste un défi avec seulement 58% d’enfants qui achèvent le cycle primaire. De plus, plus de 70 % des enfants n’ont pas acquis des compétences appropriées en français et en mathématiques à la fin du CE1.

Solution

Transformer les salles de classe avec une pédagogie attrayante visant à améliorer les résultats d’apprentissage permettra aux enfants de recevoir une éducation significative plutôt que d’aider leurs parents sur les fermes. Cela réduira le risque de travail des enfants et dotera la prochaine génération de cacaoculteurs des compétences nécessaires pour réussir et devenir des agents du changement dans leurs communautés et comprendre l’importance de donner la priorité à l’éducation de leurs propres enfants. En engageant le ministère de l’Éducation et en travaillant en étroite collaboration avec sa Direction de la pédagogie (DPFC), le projet renforcera également les capacités à long terme et contribuera à améliorer la qualité de l’enseignement dans d’autres contextes.

Résultats à ce jour

Le programme a été déployé en septembre 2018 dans la région de Daloa, en Côte d’Ivoire, dans 15 classes de plus de 800 enfants des CP1 et CP2 ainsi que dans 5 écoles communautaires. Une équipe de base de la DPFC participe pleinement à l’élaboration et à la mise en œuvre du programme, y compris le soutien des enseignants.  15 enseignants ont été formés avec succès avec une équipe d’inspecteurs, de conseillers pédagogiques et de directeurs d’école. Les premiers commentaires des enseignants, de la communauté et du ministère ont été encourageants, car ils ont constaté un engagement actif et une tendance à l’amélioration des compétences en littératie et en numératie.

Preuves scientifiques

Des études de l’UNICEF et d’autres organismes de développement ont documenté l’amélioration globale des compétences scolaires et socio-émotionnelles en utilisant cette approche. Les origines de cette approche viennent du Rishi Valley Institute for Educational Resources (RiVER), Inde. Selon un rapport d’orientation de l’UNICEF de 2013, plus de 10 millions d’enfants dans 250 000 écoles ont été touchés positivement par ce programme. Les États indiens comme le Karnataka et le Tamil Nadu l’ont généralisé à toutes leurs écoles primaires – 45 690 et plus de 37 000 respectivement (UNICEF, 2013). La version technologique du programme est actuellement en cours d’exécution dans l’État indien d’Andhra Pradesh en tant que concept Ananda Lahari Abyasana (ALA) couvrant 1571 écoles et 69.327 enfants pour l’année scolaire 2019-2020.