TRECC soutient une étude pour l’allocation efficace des ressources publiques pour l’éducation en Côte d’Ivoire

Dans le cadre de sa stratégie pour renforcer l’accès, l’équité et la qualité de l’ éducation, le gouvernement de Côte d’Ivoire s’est engagé à renforcer l’efficacité des mécanismes de subvention aux collèges privés. Une étude financée par TRECC fournit des données essentielles pour orienter la politique du gouvernement dans ce domaine.

En 2011, 749 000 élèves étaient inscrits au collège en Côte d’Ivoire. En 2018, ce chiffre a presque doublé, pour atteindre 1 456 000 élèves. Avec la loi sur la scolarisation obligatoire de 6 à 16 ans et le nombre croissant d’effectifs au secondaire, les établissements scolaires publiques existants ne peuvent plus satisfaire aux besoins. Pour respecter ses engagements en matière d’éducation, l’Etat a donc recours à des partenariats public-privés. Ainsi, plusieurs collèges privés (1 025 à présent) bénéficient de subventions de l’État ivoirien qui y oriente des élèves pour garantir leur accès à l’éducation.

Alors que le nombre d’élèves au secondaire est à la hausse et que les frais de scolarité suivent la même tendance, se pose la question de l’efficacité et de la durabilité du mécanisme des subventions pour améliorer l’accès et l’équité de l’éducation. Le Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MENETFP) a voulu se donner les moyens d’aborder cette question de manière dépassionnée, à commencer par une revue documentaire du système des subventions en vigueur en Côte d’Ivoire des données sur l’accès, la qualité et la gouvernance par rapport aux mécanismes de subventions aux écoles privés. TRECC accompagne le Ministère dans cette réflexion en finançant une étude réalisée par ARK-EPG (Education Partnerships Group) en partenariat avec le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE).

« Pour résoudre le problème de l’accès, nous avons développé des solutions alternatives comme les collèges de proximité, notamment pour offrir aux enfants ruraux, surtout les filles, des cadres d’apprentissage satisfaisants, » explique Raoul Koné, Directeur de Cabinet Adjoint au MENETFP. « Mais leur rythme de création reste trop lent. Le ministère, depuis plusieurs décennies déjà, a recours aux établissements d’enseignement privés à qui on délègue le pouvoir de cette fonction de l’état.

« Lorsque des fonds publiques sont alloués à des structures privés, comme dans le cas des subventions aux collèges privés, l’Etat se doit de s’assurer que ces structures contribuent effectivement à la réalisation des objectifs que le gouvernement s’est fixé en terme d’accès, d’équité et de qualité de l’éducation, » poursuit M. Koné. « Une étude comme celle du ROCARE nous permet de partir sur une analyse de faits réels. Au lieu de se fonder sur des à prioris, ou des idéologies, nous essayons d’approcher la vérité avec des chiffres. »

Avec une telle initiative, le gouvernement s’engage à renforcer la gouvernance et la redevabilité dans le domaine de l’éducation. « Lorsque l’Etat affecte des élèves dans les collèges privés, il y a un contrôle qui est fait. Ainsi, des équipes du Ministère du Budget visitent les écoles pour vérifier que ces élèves y soient effectivement. C’est très important, mais c’est aussi coûteux. On donc est en train de considérer la possibilité d’expérimenter un système de contrôle à distance, par exemple en ayant recours à un QR code que chaque élève devrait scanner régulièrement. Et par rapport à la qualité des enseignements, un des mécanismes que nous utilisons est l’évaluation des écoles, que l’on fait sur la base des ressources, des intrants et des résultats scolaires.»

Cette étude descriptive constitue un premier pas dans les réflexions stratégiques à prendre en compte pour améliorer le dispositif de subventions aux collèges privés. Les suggestions du ROCARÉ pour la suite comprennent, entre autres :

  • Assurer et améliorer la gestion, le cadre légal et le suivi et évaluation du dispositif de subventions
  • Mettre en place une stratégie nationale et un suivi du financement de l’enseignement privé, y compris des questions de qualité d’équité et de responsabilité
  • Mettre en place des mécanismes pour l’impact des subventions sur les résultats d’apprentissage des établissements
  • Élaborer une politique des subventions qui inclut des considérations d’équité.

TRECC travaille en coopération avec le Gouvernement ivoirien en appuyant ses stratégies et programmes en matière d’éducation et de développement de la petite enfance. L’étude réalisée par ROCARE en collaboration avec ARK-EPG sera publiée sur le site de TRECC ultérieurement.