iEduk rends le soutien scolaire ludique et accessible en Côte d’Ivoire

Sur une même cohorte d’élèves qui rentrent au CP1 en Côte d’Ivoire, un tiers seulement achève le cursus d’éducation de base jusqu’à la fin du collège. Deux tiers des élèves abandonnent progressivement l’école au fil des années, limitant ainsi leur capacité d’accès à un emploi stable et décent ainsi que leur contribution au développement du pays. Les facteurs qui expliquent cette saignée sont multiples, notamment les redoublements, l’échec scolaire, les grossesses précoces, l’éloignement des écoles et surtout des collèges, ainsi que la pauvreté.

Pour contribuer à relever les défis du système éducatif, de nombreuses jeunes entreprises africaines développent des solutions innovantes. Parmi ces entreprises, ENEZA Education occupe une place de choix. Fondée au Kenya en 2011, auréolée de plusieurs distinctions dont le prix « Best Mobile Innovation for Education » par le réseau global des opérateurs mobiles GSMA en 2018, Eneza propose un système de soutien scolaire accessible à faible coût sur  téléphone mobile.

iEduk validé par la Commission Nationale d’Agrément des Supports Didactiques et Pédagogiques

Depuis le début de son parcours, Eneza Education a fait de grandes avancées vers son ambition d’étendre son impact sur le continent africain ayant conquis plus de 530 000 élèves au Kenya, au Ghana, et maintenant en Côte d’Ivoire, en les aidant à réviser leurs cours de façon efficace via leur téléphone mobile. L’entreprise a donc officiellement lancé en Côte d’Ivoire iEduk, une adaptation de leur plateforme interactive d’apprentissage par SMS. Cette plateforme intègre une approche éducative ludique et innovante dont l’objectif est de pallier aux limites rencontrées par les élèves dans leur processus d’apprentissage, notamment, la difficulté d’accès au matériel scolaire et à un soutien éducatif individualisé.

« Avec iEduk, nous voulons capitaliser sur l’expansion du téléphone mobile dans notre société pour permettre aux élèves d’avoir accès à tout moment, sur leurs téléphones ou ceux de leurs parents, à du matériel de révision de qualité conçu par des professionnels », explique Carole Attoungbré, directrice en Côte d’Ivoire de Eneza Education.

iEduk permettra aux élèves du CM1 à la 3ème – bientôt jusqu’à la terminale – de réviser leurs cours à l’aide de mini-leçons et de quiz éducatifs accessibles par SMS. Cependant, tel que souligné par Carole Attoungbré : « iEduk n’est pas seulement un outil de révision par SMS. Il permet également d’impliquer les parents dans le processus d’apprentissage de leurs enfants, en leur transmettant des retours réguliers sur leur performance et comment l’améliorer ». Le contenu de la plateforme, conçu avec l’appui d’experts de l’éducation nationale, est aligné sur le programme officiel et a été validé par la Commission Nationale d’Agrément des Supports Didactiques et Pédagogiques.

Nestlé offre à 500 enfants l’opportunité d’apprendre via iEduk

Le Directeur Général de la Fondation Jacobs, Sandro Giuliani, estime que le gouvernement de Côte d’Ivoire fait beaucoup d’efforts pour améliorer l’accès et la qualité de l’éducation. Depuis 2015, la Fondation Jacobs l’accompagne dans cette mission à travers son programme TRECC (Transformer l’éducation dans les communautés de cacao). Au-delà des acteurs traditionnels de l’éducation, ce programme mobilise de nouveaux acteurs pour contribuer à renforcer la qualité de l’éducation, notamment l’industrie du cacao et du chocolat et des entreprises sociales comme Eneza. « Nous avons investi dans cette jeune entreprise, explique Sandro Giuliani, pour que plus d’enfants en Côte d’Ivoire puisse avoir accès à un soutien scolaire de qualité ».

L’approche innovatrice de cette edtech séduit également des acteurs de l’industrie du cacao et du chocolat. Le risque d’abandon scolaire est en effet particulièrement prononcé pour les enfants vivant en zone rurale, notamment dans les zones cacaoyères, où les conditions d’apprentissage et l’environnement de l’apprenant sont bien souvent difficiles.

« Dans certaines régions, beaucoup d’enfants n’ont pas accès à l’éducation, et ceux qui y ont accès risquent de décrocher à cause de faibles résultats scolaires ou d’autres difficultés structurelles. Avec Eneza, nous voulons apporter à ces enfants un suivi scolaire adéquat pour les soutenir dans leur éducation et les éloigner du travail des enfants. » explique Mathilde Sokoty, Chargée de la lutte contre le travail des enfants dans le Plan Cacao de Nestlé en Côte d’Ivoire.